Chaque femme est unique de par son caractère, sa morphologie, sa façon d’être ou encore l’odeur qu’elle dégage. D’ailleurs l’une des odeurs propres à chaque femme est celle du vagin. En effet, cette partie du corps féminin a une odeur particulière et elle varie de manière normale durant le cycle menstruel, en étant légèrement plus acide par exemple.

Cependant, si l’odeur vaginale est vraiment très différente que d’habitude et désagréable, cela peut être le signe d’un trouble gynécologique. C’est pourquoi, il est important de connaître les différents types d’odeurs vaginales, leurs significations et s’il s’agit d’une odeur anormale afin d’éviter des complications médicales et bien sûr, une gêne esthétique. 

  • Les odeurs vaginales et ce qu’elles signifient d’après le collège national des gynécologues 
  1. Une odeur de poisson

L’origine d’une odeur vaginale de poisson peut être une infection vaginale et en particulier, la vaginose bactérienne ou la trichomonase. La vaginose bactérienne correspond à un déséquilibre des bactéries de la flore vaginale. Quant à la trichomonase, il s’agit d’une infection sexuellement transmissible causée par un parasite et qui s’illustre par des pertes vaginales anormales, blanches ou grises, et abondantes, des démangeaisons et brûlures ainsi qu’une forte odeur vaginale semblable à du poisson. Dans les deux cas, une consultation médicale est nécessaire. 

  1. Une odeur métallique 

Une odeur métallique du vagin peut être normale durant les règles ou si vous avez eu un contact intime avec du sperme, ce qui modifie le pH du vagin. Dans les deux cas, cette odeur devrait être temporaire. Par conséquent, si elle persiste après une période menstruelle accompagnée de démangeaisons et de pertes atypiques, consultez un gynécologue.

  1. Une odeur de levure de pain

Si vous constatez une odeur de levure de pain, des symptômes tels que des pertes blanches épaisses et des démangeaisons, il peut s’agir d’une infection fongique. En effet, dans certains cas, le vagin émet une odeur semblable à celle de la levure de pain et peut illustrer une infection. Toutefois, pour que l’odeur soit synonyme d’infection, les symptômes cités auparavant doivent l’accompagner. 

  1. Une odeur putride

Une odeur putride est à prendre au sérieux car elle peut signifier l’oubli d’un tampon hygiénique, à l’origine du syndrome du choc toxique, la présence d’un parasite ou bien un trouble de santé pouvant avoir des conséquences irréversibles quant à votre santé vaginale. 

  1. Une odeur douce

L’odeur vaginale est influencée par notre alimentation. Par conséquent, la forte consommation d’agrumes dont les oranges, les pamplemousses ou encore l’ananas peuvent être à l’origine d’une odeur sucrée et douce des fluides vaginaux.  
En outre, l’odeur vaginale peut être modifiée par certaines habitudes féminines, qui visent justement à lutter contre cette odeur, comme les douches intimes, les parfums et les lingettes parfumées ou encore le port de vêtements trop serrés. Ainsi, pour éviter une odeur vaginale dérangeante, il convient de : 

  • Éviter l’utilisation de gels intimes et privilégier l’eau claire, 
  • Porter des sous-vêtements en coton, 
  • Limiter l’épilation ou le rasage du maillot, un des facteurs de risques de l’apparition des infections au vu du rôle protecteur des poils, 
  • Réaliser une toilette intime douce en nettoyant le haut du pubis et l’extérieur de la vulve et éviter les douches vaginales qui altèrent la flore vaginale, 
  • Éviter de porter des vêtements serrés, 
  • Faire un bilan régulier chez son gynécologue. 

Sources

Comments

comments